Violence des pacifiques de Roger Schutz (Presses de Taizé)

Texte augmenté par rapport au podcast.

Mes pérégrinations bourguignonnes restent marquées par la visite d’un lieu d’ouverture, de dialogue, et, paradoxalement, d’une violence extrême.

En 1940, Roger, un Suisse de 25 ans décide d’aller en France compatir avec les populations occupées. Son idéal généreux a pour point de chute un village du Mâconnais où il est chaleureusement accueilli. Son discours est (et restera) d’une grande sagesse. Il s’occupe de nombreux réfugiés juifs avec sa sœur Geneviève, puis il vient en . . .

Connectez-vous pour voir le contenu. Si vous êtes connecté et que vous voyez ce message, il se peut que votre abonnement soit arrivé à expiration.

>> Renouvelez ou gérez votre adhésion.