Vers un décolonialisme mental

Depuis moins d’une décennie, le mouvement décolonial prend de plus en plus d’ampleur.

En France, les avancées sont timides pour reconnaître les affres de la Guerre d’Algérie, guerre coloniale par excellence, si j’ose dire. En Belgique, où la frilosité politicienne existe dès que la monarchie est sur la sellette, la politique menée par le roi Léopold II au Congo fut tout aussi dramatique pour le peuple autochtone et l’admettre relève encore d’un combat sans relâche dans les mentalités.

À ce propos, il n’est . . .

Connectez-vous pour voir le contenu. Si vous êtes connecté et que vous voyez ce message, il se peut que votre abonnement soit arrivé à expiration.

>> Renouvelez ou gérez votre adhésion.