POUR des lectures citoyennes : Le peuple plus fort que le gouvernement ! (4/4)

Le principe essentiel de l’action de la désobéissance civile qui, rappelons-le, est non violente, est celui de  la non-coopération, explique Jean-Marie Muller dans « L’impératif de désobéissance » (Éditions Le Passager clandestin). Ce principe repose sur un élément majeur : dans une société, ce qui fait la force des injustices, c’est la complicité, qu’elle soit passive, volontaire, résignée ou forcée, de la majorité silencieuse des citoyens.

La résistance pacifiste vise à rompre cette complicité.

La contrainte devient effective à partir du . . .

Connectez-vous pour voir le contenu. Si vous êtes connecté et que vous voyez ce message, il se peut que votre abonnement soit arrivé à expiration.

>> Renouvelez ou gérez votre adhésion.