Nature sans Frontières : Des excuses « écologiques » de François Hollande ?

Le 11 juillet 2015, sur les antennes de « Fréquence Terre », j’ai évoqué le trentième anniversaire de l’attentat du « Rainbow Warrior », ce bateau écologique qui allait manœuvrer pour perturber les essais atomiques à Mururoa. Le bâtiment fut volontairement coulé le 10 juillet 1985 et l’attentat fit un mort, un photographe travaillant pour « Greenpeace ».
Ma chronique, titrée : « Combat, vie et survie écologiques », faisait état de cette action criminelle qui aurait été autorisée par le président de la république française, François . . .

Connectez-vous pour voir le contenu. Si vous êtes connecté et que vous voyez ce message, il se peut que votre abonnement soit arrivé à expiration.

>> Renouvelez ou gérez votre adhésion.