« Même les arbres s’en souviennent » de Christian Signol (Albin Michel)

Lucas, 30 ans, revend avec un plantureux bénéfice sa star-up et prend le temps de s’occuper de son arrière-grand-père, Émilien, 94 ans, et l’entraîne là-haut, dans un hameau vidé de ses habitants et animaux domestiques du Limousin,  où se trouve encore la maison familiale.

- Il faut que tu écrives ce qui s’est passé ! dit Lucas à Émilien.

- À quoi bon ? répond l’aïeul.

- Parce que pour pousser haut, les hommes, comme les arbres ont besoin de racines profondes et vigoureuses. C’est important . . .

Connectez-vous pour voir le contenu.