La Ville éphémère d’Alexandre Suval

Littérature sans Frontières est une chronique de Pierre Guelff.

La « Fête à Neuilly », au XIXe siècle, était l'impératrice des fêtes foraines, celle qui attirait de concert le populaire et les élégants des beaux quartiers. Les riches maîtres y frottaient leurs habits de gala aux blouses des travailleurs et aux jupettes des cousettes.
Et, c'est là, principalement, au cœur de cette fête créée sous le Premier Empire que l'auteur Alexandre Suval emmène le lecteur pour son étonnant roman « La Ville éphémère », paru aux Presses de . . .

Connectez-vous pour voir le contenu. Si vous êtes connecté et que vous voyez ce message, il se peut que votre abonnement soit arrivé à expiration.

>> Renouvelez ou gérez votre adhésion.