Deux Saint-Jean, deux fêtes initiatiques  par  JP Dubrun (MdV Éditeur)

« Littérature sans Frontières » est une chronique de Pierre Guelff.

 J’ai encore de très lointains souvenirs d’adolescent des feux de joie de la Saint-Jean d’été dans les Ardennes, ceux que les grands-parents prétendaient être chargés de vertus purificatrices et protectrices, alors que de jeunes adultes prédisaient une belle rencontre amoureuse, valable une année, si l’on osait sauter au-dessus des flammes du brasier.

Puis, quelques décennies plus tard, voici les Saint-Jean d’hiver et d’été célébrant les solstices lors . . .

Connectez-vous pour voir le contenu. Si vous êtes connecté et que vous voyez ce message, il se peut que votre abonnement soit arrivé à expiration.

>> Renouvelez ou gérez votre adhésion.