C’est la touchante histoire de Jean l’écaillon…

Le machinisme, l’industrialisation, les technologies nouvelles, certains matériaux traditionnels (pierre, bois, terre cuite, paille) remplacés par du plastique et du béton hautes performances et ses superplastifiants, telle est l’évolution, du moins sur une échelle du temps et non au point de vue de la qualité et de la pérennité des constructions, ont fait que des métiers ancestraux et des entreprises artisanales ont été quasiment rayés de notre société consumériste.

Résultat tangible : des cathédrales, demeures, châteaux et ponts moyenâgeux tiennent encore leur rôle, alors que des . . .

Connectez-vous pour voir le contenu. Si vous êtes connecté et que vous voyez ce message, il se peut que votre abonnement soit arrivé à expiration.

>> Renouvelez ou gérez votre adhésion.