À travers les fissures la lumière (re)vient

Certains philosophes, sociologues et ethnologues sont particulièrement pessimistes quant à l’avenir de la société. Pour eux, le monde est irrémédiablement perdu, il n’y a plus d’espoir de sortir du marasme dans lequel l’être humain est englouti et il est absolument impensable de récupérer une vie en commun normale.

Pour eux, l’apocalypse est sous nos yeux et on n’y échappera pas, quoi que l’on fasse.

Ce n’est pas du tout mon ressentiment et le très ancien dicton qui dit que tant qu’il y a de la . . .

Connectez-vous pour voir le contenu. Si vous êtes connecté et que vous voyez ce message, il se peut que votre abonnement soit arrivé à expiration.

>> Renouvelez ou gérez votre adhésion.